Collboni assume désormais la question de la confiance pour les budgets après le claquement de porte de Trias et Colau

Collboni assume désormais la question de la confiance pour les budgets après le claquement de porte de Trias et Colau

Les élections anticipées en Catalogne et la baisse des budgets catalans convenus entre l'ERC et le PSC ont eu un impact total sur le jeu municipal à Barcelone, où les deux partis se sont également mis d'accord sur les comptes municipaux, qui seront débattus le 22 mars. Le maire de Barcelone, Jaume Collboni, et la leader républicaine municipale, Elisenda Alamany (qui vient des communes) ont sévèrement reproché aux « violets » ce jeudi pour avoir précipité des factures de près de 44 milliards d'euros venues atténuer les effets de la sécheresse, ainsi que l’amélioration du système éducatif et de santé. Avec l'avancée électorale, les communes d'Ada Colau sont déjà à des années-lumière de la dynamique de la tripartite progressiste et sont passées du statut de soutien satellite du maire de Barcelone à « obstacle » pour le nouveau cycle que la ville, selon les termes d'Alamany. D'autant plus qu'Ada Colau a été un facteur important au sein des communes dans la résistance au soutien du « oui » à Aragonés.

Pour tenter de calmer le jeu, Collboni a fait ce jeudi une déclaration institutionnelle où il a appelé à la « responsabilité » du parti de Xavier Trias et Ada Colau pour approuver vos comptes. Le maire estime que 650 millions seront perdus à cause de la suspension des budgets de la Generalitat et qu'il faudra les votes des « violets » ou des post-convergents pour que les budgets de Barcelone ne subissent pas le même sort que ceux d'Aragonés. Un soutien peu viable pour le moment, tout comme le tableau des alliances des partis catalans est resté.

Des sources de l'équipe de Xavier Trias soulignent Vozpopuli que Collboni n'aura pas son « oui » après l'abandon des négociations et ils qualifient de « pantomime » ce qui s'est passé ce mercredi au Parlement avec Hard Rock. Ils soulignent qu'Aragonés avait déjà prémédité l'avancée électorale après l'amnistie. Pour l'instant, Trias reste ferme dans l'opposition et n'a engagé aucune négociation avec Collboni. Il convient de rappeler qu'il dispose toujours d'une majorité représentative à la séance plénière municipale contre les socialistes avec un siège supplémentaire, puisqu'il a remporté les élections municipales du 28 mai et n'a pas remporté la mairie en raison du soutien d'investiture du PP à Collboni. Son départ de la politique municipale ne sera pas imminent et il attend l'application de l'amnistie, avec le possible retour de Puigdemont, pour prendre sa retraite. Pour le moment, Aux voix qui suggèrent qu'il pourrait être candidat à la Generalitat, il répond : ce n'est pas sur la table.

Pendant ce temps, un gouffre continue d'exister entre Colau et Collboni, surtout maintenant avec la désintégration des budgets catalans due à la mise à l'écart des communs. Le parti vient de lancer sa campagne, où il a ouvert une page de dons, pour choisir entre « un modèle soumis aux intérêts économiques et un modèle de Catalogne courageuse qui n'est pas à vendre ». BComú resserre les rangs avec Albiach et s'est également positionné dans une clé électorale pour mettre en scène la « gauche authentique » tandis que la CUP se désintègre dans les intentions de vote pour le 12 mai. Que le peuple de Barcelone, dans ce contexte, vote en faveur de Les comptes d'ERC et des socialistes contredisent leur feuille de route actuelle, avec une ligne dure.

Face à ce panorama, Collboni assume déjà le mécanisme de « sauveteur », la question de la confiance liée aux budgets. C'est quelque chose qui était déjà prévu avec l'annonce du pacte avec ERC, où il n'avait pas non plus le soutien pour réaliser les comptes. Les partis auront un mois pour se mettre d'accord sur un nouveau candidat à la mairie et, après cela, et s'ils n'y sont pas parvenus, les comptes seront approuvés automatiquement par le mécanisme habituel. C'est une formule qu'Ada Colau a déjà utilisée en 2017 et 2018.

A lire également