West condemns Iran's accelerated uranium enrichment thumbnail

L’Occident condamne l’enrichissement accéléré de l’uranium par l’Iran

Les puissances occidentales ont condamné jeudi l’Iran qui accélère sa production d’uranium hautement enrichi, après qu’un organisme de surveillance a déclaré qu’il avait augmenté sa production après des mois de ralentissement.

Dans une déclaration commune, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne et les États-Unis ont déclaré qu’ils « condamnaient cette mesure qui aggrave encore l’escalade continue du programme nucléaire iranien », ajoutant que « la production iranienne d’uranium hautement enrichi n’a aucune justification civile crédible ».

Cette déclaration intervient deux jours après que l’Agence internationale de l’énergie atomique a publié un rapport selon lequel l’Iran « a augmenté sa production d’uranium hautement enrichi, annulant ainsi une précédente réduction de production datant de la mi-2023 ».

L’Iran a augmenté sa production d’uranium enrichi à 60 pour cent à un rythme d’environ neuf kilogrammes (20 livres) par mois depuis fin novembre, a indiqué l’organisme de surveillance de l’ONU.

Cela représente une augmentation par rapport aux trois kilogrammes par mois environ depuis juin et un retour aux neuf kilogrammes par mois qu’elle produisait au cours du premier semestre 2023.

Dans leur déclaration jeudi, les puissances occidentales ont estimé que « ces évolutions constituent un pas dans une mauvaise direction de la part de l’Iran », mettant en garde contre des « risques de prolifération importants ».

« Ces décisions montrent l’absence de volonté de la part de l’Iran de s’engager de bonne foi dans une désescalade et aboutissent à un comportement irresponsable dans le contexte de tensions régionales », indique le communiqué.

En réponse au rapport de l’AIEA, le plus haut responsable nucléaire iranien, Mohammad Eslami, a déclaré : « Nous n’avons rien fait de nouveau et notre activité est conforme à la réglementation ».

Des niveaux d’enrichissement d’environ 90 pour cent sont nécessaires pour être utilisés dans une arme nucléaire.

L’Iran semble avoir ralenti son enrichissement tandis que les négociations informelles en vue d’un rétablissement de l’accord nucléaire reprennent avec les États-Unis.

Mais l’animosité entre les deux pays s’est intensifiée ces derniers mois, chacun accusant l’autre d’exacerber la guerre entre Israël et le Hamas.

L’Iran a suspendu le respect des limites de ses activités nucléaires fixées par un accord nucléaire de 2015 avec les grandes puissances, un an après que le président américain de l’époque, Donald Trump, s’est retiré unilatéralement de l’accord en 2018 et a réimposé des sanctions draconiennes.

Depuis, le pays a constitué ses stocks d’uranium enrichi jusqu’à 22 fois le niveau autorisé par l’accord, selon un rapport confidentiel de l’AIEA consulté par l’AFP le mois dernier.

L’Iran a toujours nié toute ambition de développer une capacité nucléaire militaire, insistant sur le fait que ses activités sont entièrement pacifiques.

(AFP)

A lire également