L'Arménie et l'Azerbaïdjan s'engagent à « normaliser leurs relations » et à échanger des prisonniers de guerre dans une déclaration commune

L’Arménie et l’Azerbaïdjan s’engagent à « normaliser leurs relations » et à échanger des prisonniers de guerre dans une déclaration commune

Dans une déclaration commune publiée jeudi, l’Arménie et l’Azerbaïdjan ont annoncé leur intention de « parvenir à un traité de paix sur la base du respect des principes de souveraineté et d’intégrité territoriale ».

PUBLICITÉ

L’Arménie et l’Azerbaïdjan ont convenu de prendre des « mesures » pour normaliser leurs relations, selon une déclaration commune des deux pays.

« La République d’Arménie et la République d’Azerbaïdjan partagent l’opinion selon laquelle il existe une chance historique de parvenir à une paix tant attendue dans la région », indique le communiqué.

« Les deux pays réaffirment leur intention de normaliser leurs relations et de parvenir à un traité de paix sur la base du respect des principes de souveraineté et d’intégrité territoriale ».

Cette déclaration fait suite à des pourparlers entre les représentants des deux pays qui se disputent depuis des décennies la région du Haut-Karabakh reconquise par l’Azerbaïdjan après une offensive éclair contre les séparatistes arméniens en septembre.

En outre, les deux pays ont annoncé qu’un accord avait été conclu pour échanger des prisonniers de guerre.

« Moins par les valeurs de l’humanisme et en signe de bonne volonté, la République d’Azerbaïdjan libère 32 militaires arméniens », indique le communiqué.

« À son tour, motivée par les valeurs de l’humanisme et en signe de bonne volonté, la République d’Arménie libère 2 militaires azerbaïdjanais. »

Les deux pays ont ajouté qu’ils « poursuivront leurs discussions concernant la mise en œuvre de mesures de confiance supplémentaires, efficaces dans un avenir proche et appelleront la communauté internationale à soutenir leurs efforts visant à établir une confiance mutuelle entre les deux pays et qui auront un impact positif sur l’ensemble du Caucase du Sud ». région. »

Le président du Conseil de l’UE, Charles Michel, s’est dit « ravi » de cette « percée », qu’il a qualifiée d' »étape clé ».

A lire également