Les travailleurs de la Tour Eiffel font à nouveau grève et les grèves pourraient se poursuivre

Les travailleurs de la Tour Eiffel font à nouveau grève et les grèves pourraient se poursuivre

Les travailleurs de la Tour Eiffel sont en grève cette semaine et les grèves pourraient se poursuivre par intermittence cette année.

Les visiteurs de Paris ne pourront pas visiter la Tour Eiffel – du moins les niveaux supérieurs qui nécessitent un accès payant – pour la deuxième fois en trois mois, car les travailleurs sont en grève auprès de l’exploitant de la tour dans le cadre d’un conflit en cours sur la gestion financière.

Les syndicats de travailleurs ont déposé un préavis de grève renouvelable, ce qui signifie que la grève pourrait se poursuivre plus longtemps que la durée initialement annoncée. Les représentants syndicaux ont déclaré qu’il était possible que la grève entraîne la fermeture de la tour. au moins jusqu’à mercredi. Les syndicats de l’exploitant de la tour, SETE, ont également fait grève en décembre, fermant alors la tour aux visiteurs.

La Ville de Paris détient 99 % de SETE, et dit Le Monde qu’ils « refusent de négocier pour le moment ». Les travailleurs affirment que la ville a placé des attentes financières « intenables » sur l’attraction, ce qui pourrait nuire à « la durabilité du monument et de l’entreprise qui le gère ». Les syndicats exigent que la ville alloue davantage d’argent à l’entretien et aux réparations du monument vieillissant.

Continuez à lire l’article après notre vidéo

Vidéo recommandée par Fodor

Ils affirment que la ville a sous-estimé les coûts associés à l’entretien de cette structure vieille de 135 ans. Une initiative de repeinture est actuellement en cours, mais les efforts ont été entravés par la découverte de plomb, qui nécessite une manipulation particulière selon les codes de santé français, et a augmenté les coûts associés au projet. Les syndicats ont également accusé la ville de différer la modernisation des ascenseurs de la tour et de certains luminaires.

Une injection de liquidités de 60 millions d’euros suite aux manques à gagner dus à la pandémie de COVID-19 est insuffisante, affirment les syndicats, notant que les manques à gagner de la tour au cours de cette période sont à eux seuls le double de ce montant.

Il est conseillé aux visiteurs détenant des billets d’entrée prépayés de vérifier l’adresse e-mail associée à leur achat pour obtenir des instructions supplémentaires, y compris la possibilité de recevoir un remboursement si leur visite ne peut être reprogrammée.

La SETE conseille également aux visiteurs de vérifier l’état d’ouverture de la tour avant de tenter de la visiter. Les terrains entourant la tour devraient jouer un rôle central lors des cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques d’été de 2024, qui devraient avoir lieu en juillet. De nouvelles grèves dans les semaines précédant et pendant les événements pourraient gâcher le succès des Jeux de Paris, surtout après la réduction des estimations de fréquentation pour les cérémonies d’ouverture.

Le prix des billets pour la tour pour adultes commence à 11,80 € pour monter les escaliers jusqu’au deuxième étage ; c’est 29,40 € pour prendre l’ascenseur jusqu’au sommet. Les visiteurs qui trouvent la tour fermée le jour de leur visite peuvent également admirer la vue sur la ville depuis le Arc de Triomphe ou la plate-forme d’observation du Tour Montparnasse.

La tour a été construite en 1889 pour célébrer le centenaire de la Révolution française. À l’origine, elle devait durer seulement deux décennies, mais la valeur de la structure en tant que tour radio a contribué à en faire une installation permanente. Largement considéré comme un symbole visuel durable de Paris et de la France, il reçoit près de 7 millions de visiteurs chaque année.

La SETE exploite la concession de la tour, comprenant les entrées et la vente des billets, l’entretien de la structure, l’exploitation des snacks et restaurants et la gestion des droits cinématographiques.

A lire également