« La situation est tendue » : la recrudescence des incidents antisémites inquiète la communauté juive d'Europe

« La situation est tendue » : la recrudescence des incidents antisémites inquiète la communauté juive d’Europe

Alors que le conflit Hamas-Israël s’étend à l’Europe, la protection de la communauté juive a été renforcée suite à une augmentation des incidents antisémites.

PUBLICITÉ

Le même week-end où le Hamas a attaqué Israël, une synagogue du centre de Madrid a été vandalisée avec des graffitis antisémites.

Le graffiti, qui disait « Palestine libre » à côté d’une étoile de David barrée, a été retiré quelques heures plus tard.

La Plateforme contre l’antisémitisme a condamné l’incident, mais a refusé de donner l’emplacement exact de la synagogue afin d’éviter de nouveaux actes.

« Cela a été des jours très difficiles, pleins de peur et de profonde incertitude. C’est une situation déchirante et nous sommes en contact permanent avec nos proches en Israël », a déclaré Estrella Bengio, présidente de la communauté juive de Madrid, à Euronews.

Alors que le conflit s’est étendu à l’Europe avec une série de manifestations dans plusieurs capitales, la protection de la communauté juive a été renforcée.

Bengio affirme qu’ils ont pris des mesures de sécurité pour protéger à la fois les membres et les institutions, et ont partagé des conseils de « bon sens » pour assurer la sécurité de leur communauté.

Surveillance constante à Barcelone

La police de Barcelone a encerclé le bâtiment de la communauté israélienne dans la ville catalane.

Toute personne tentant de s’approcher doit passer un contrôle de police, puis un deuxième contrôle où il lui est demandé s’il porte une arme.

La communauté elle-même a annulé les activités destinées aux jeunes prévues dans les semaines à venir.

« La situation est tendue, nous vivons une tragédie. La peur est là, mais notre travail consiste à ne pas la laisser entrer et à continuer notre vie », a déclaré à Euronews le rabbin David Libersohn, qui vit à Barcelone.

« Nous suivons les précautions que la police nous donne, elle évalue les risques. Maintenant, il y a plus de sécurité et nous sommes également très prudents, nous faisons les choses que nous devons faire », a-t-il ajouté.

Pour le rabbin, susciter la peur est une forme de terrorisme. Et c’est exactement ce à quoi a abouti le récent appel de l’ancien chef du Hamas, Khaled Mashal, à une « journée de colère » contre le sionisme et à un « jihad mondial ».

Selon les médias espagnols, le ministère de l’Intérieur du pays a renforcé son alerte antiterroriste au niveau 4 sur une échelle de 5, avec des unités spéciales chargées de surveiller de près les synagogues ou les écoles juives.

La synagogue de Madrid n’a pas été la seule à avoir été vandalisée dans la péninsule ibérique.

Mercredi, des graffitis indiquant « Palestine libre » et « Mettre fin à l’apartheid israélien » ont été découverts sur la synagogue Mekor Haim Kadoorie, dans la ville portugaise de Porto.

Les graffitis sont apparus quelques heures seulement après une manifestation pro-israélienne dans la ville.

Plus de 20 arrestations en France

La France abrite la plus grande communauté juive d’Europe et depuis samedi le pays a enregistré une cinquantaine d’actes antisémites.

« Il y a des gens devant les synagogues, en grand nombre, qui crient des menaces », a déclaré le ministre français de l’Intérieur, Gérald Darmanin, lors d’une émission de télévision.

PUBLICITÉ

« Nous avons détecté des drones équipés d’une caméra pénétrant dans les cours d’école », a-t-il ajouté.

Le gouvernement, qui veut « éviter une escalade », a annoncé que plus de 20 personnes ont été arrêtées en lien avec ces incidents, dont trois étrangers qui seront expulsés du pays.

Quelque 10 000 gendarmes et policiers gardent actuellement plus de 500 sites « sensibles », comme des synagogues et des écoles, selon le ministère de l’Intérieur.

Alors qu’une manifestation pro-israélienne avait lieu lundi à Paris, la police française a fait usage de gaz lacrymogènes et de canons à eau pour disperser jeudi une manifestation interdite de soutien au peuple palestinien.

La France abrite également la plus grande communauté musulmane d’Europe, mais le gouvernement avait opposé son veto à la manifestation car elle était « susceptible de provoquer des troubles à l’ordre public ».

PUBLICITÉ

La situation a provoqué une fracture politique dans le pays. Emmanuel Macron et son gouvernement ont condamné l’attaque du Hamas, tandis que la gauche de Jean-Luc Mélenchon l’a comparée à l’occupation israélienne.

Le Nouveau Parti Anticapitaliste a défendu la « résistance » palestinienne sans condamner l’attaque du Hamas, déclarations pour lesquelles il fait l’objet d’une enquête pour apologie du terrorisme.

Le Royaume-Uni cherche à réprimer son soutien au Hamas

Trois millions de livres (3 471 316 €) ont été promis par le Premier ministre britannique Rishi Sunak pour protéger les écoles et synagogues juives.

La communauté juive a déclaré que les signalements d’incidents antisémites ont augmenté de 324 % depuis l’attaque du Hamas de ce week-end, par rapport à la même période l’année dernière.

Les craintes d’une escalade des tensions et de représailles ont conduit plusieurs écoles juives de Londres à suspendre les cours cette semaine.

PUBLICITÉ

Un parent a déclaré à Sky News qu’il allait changer les uniformes scolaires de ses enfants : « Cela n’indique donc en aucune façon qu’ils sont juifs. »

Des manifestations pro-palestiniennes ont eu lieu dans la capitale britannique, mais la ministre de l’Intérieur, Suella Braverman, a appelé à utiliser « toute la force de la loi » pour réprimer les rassemblements pro-Hamas après la diffusion de vidéos montrant des personnes semblant célébrer l’attaque contre Israël. .

A lire également