L'éruption du volcan islandais se "stabilise" après l'évacuation de milliers de personnes

L’éruption du volcan islandais se « stabilise » après l’évacuation de milliers de personnes

Une fissure de quatre kilomètres de long s’est ouverte dans le sol dans une zone qui devrait connaître de fréquentes éruptions dans les années à venir.

PUBLICITÉ

Une éruption volcanique se poursuivait mardi matin en Islande, mais sa puissance semblait diminuer, a annoncé l’Institut météorologique islandais (OMI).

La puissance de l’éruption « semble diminuer », écrit l’OMI sur son site Internet.

L’éruption à travers une fissure dans le sol a commencé après un tremblement de terre lundi soir dans une zone au sud de Reykjavik où l’activité sismique était très intense depuis début novembre.

« Le fait que l’activité diminue déjà n’est pas une indication de la durée de l’éruption, mais plutôt du fait que l’éruption se stabilise », a ajouté l’institut.

Il a noté qu’une tendance similaire avait été observée au début des éruptions précédentes sur la péninsule de Reykjanes.

La fissure mesure environ 4 km de long, a déclaré l’OMI, qui l’avait précédemment estimée à environ 2,8 km de long, soit trois fois plus longue que la dernière éruption de l’été dernier.

Cette dernière éruption, la quatrième en deux ans, a eu lieu à trois kilomètres de Grindavik, un village de 4 000 habitants qui a été évacué le 11 novembre lorsque l’état d’urgence a été déclaré suite à une importante accumulation de magma.

Toutes les routes autour de Grindavík sont fermées et le resteront pendant les prochains jours, a annoncé la police sur Facebook, précisant que la population ne court actuellement aucun danger.

Selon l’OMI, les risques pour le trafic aérien sont jusqu’à présent faibles. Le code couleur de l’aviation a été brièvement changé en rouge mais est rapidement revenu à l’orange en l’absence de nuage de cendres.

« Pour le moment, il n’y a aucune perturbation des arrivées ou des départs à l’aéroport de Keflavik », a indiqué dans la nuit l’exploitant de l’aéroport islandais ISAVIA sur son site Internet, le trafic étant relativement faible à cette heure tardive.

Les voyageurs sont actuellement plus susceptibles d’être touchés par une grève des contrôleurs aériens prévue mardi.

En 2010, le volcan Eyjafjallajökull, au sud de l’île, a provoqué la plus grande perturbation du trafic aérien en temps de paix. Ce titre a depuis été effacé du livre des records par la pandémie de Covid-19.

Un nouveau cycle volcanique ?

Jusqu’en mars 2021, la péninsule de Reykjanes, au sud de la capitale Reykjavik, était épargnée par les éruptions depuis huit siècles.

Depuis, deux autres éruptions se sont produites, en août 2022 et juillet 2023, signe, selon les volcanologues, d’un regain d’activité volcanique dans la région.

En octobre, des signes de gonflement du sol ont été détectés près du « Blue Lagoon », ces célèbres sources chaudes turquoise toujours très appréciées des touristes. Le site a partiellement rouvert dimanche.

En 2021, 2022 et en juillet dernier, les éruptions volcaniques dans une zone inhabitée de la région environnante sont devenues des attractions touristiques majeures, attirant près de 680 000 visiteurs, selon l’Office islandais du tourisme.

Le chef islandais de la protection civile et de la gestion des urgences, Vídir Reynisson, a prévenu que cette nouvelle éruption « n’est pas une éruption touristique et qu’il faut l’observer de très loin », à la télévision publique locale RUV.

Selon les volcanologues, le nouveau cycle de la péninsule pourrait durer des décennies.

PUBLICITÉ

Trente-trois systèmes volcaniques sont considérés comme actifs dans cette terre de feu et de glace, la région la plus volcanique d’Europe.

Durant la nuit, des images des médias locaux, dont les caméras sont installées à proximité du volcan depuis des semaines, ont montré de la lave orange rougeoyante jaillissant vigoureusement d’une fissure.

« Aucun pays n’est mieux préparé »

« Nos pensées vont (…) à la population locale, nous espérons le meilleur, mais il est clair qu’il s’agit d’une éruption majeure », a écrit sur Facebook la chef du gouvernement islandais, Katrín Jakobsdóttir.

Le 11 novembre, après la déclaration de l’état d’urgence, les habitants de Grindavik, un village pittoresque de 4 000 habitants, ont été évacués par mesure de précaution après des centaines de tremblements de terre provoqués par le déplacement de magma sous la croûte terrestre, un signe avant-coureur potentiel de une éruption volcanique.

« Aucun pays n’est mieux préparé aux catastrophes naturelles que l’Islande », a déclaré le Premier ministre lors d’une conférence de presse le 18 novembre.

PUBLICITÉ

D’autres volcans, comme celui d’Askja, sur les hauts plateaux inhabités du centre de l’Islande, ont récemment montré des signes d’activité.

L’un des volcans les plus redoutables du pays est Katla, près de la côte sud. Sa dernière éruption remonte à 1918, avec une pause inhabituellement longue suggérant une reprise imminente.

A lire également