Air pollution a factor in spiking cancer cases, report says thumbnail

La pollution de l’air est un facteur dans l’augmentation des cas de cancer, selon un rapport

De nouvelles estimations de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) prévoient une augmentation de 77 % des cas de cancer dans le monde d’ici 2050. Le rapport pointe la pollution de l’air comme l’un des facteurs à l’origine de l’augmentation attendue des taux de cancer, même si elle n’a pas le même effet. sur tout le monde.

En tant qu’organisme de surveillance mondial de la santé, l’OMS a rarement de bonnes nouvelles. Elle est restée fidèle à sa mission à l’approche de la Journée mondiale contre le cancer, lorsque son Centre international de recherche sur le cancer a publié le 1er février un rapport prévoyant une augmentation de quelque 35 millions de nouveaux cas de cancer d’ici 2050. Cela représente une augmentation de 77 % par rapport à 2022. , a noté l’OMS.

Parmi les facteurs à l’origine de l’augmentation attendue des taux de cancer figurait la pollution atmosphérique.

Les particules fines entraînent un dysfonctionnement cellulaire

« Cela concerne principalement la pollution aux particules fines », a précisé le Dr Emmanuel Ricard, porte-parole de la Ligue française contre le cancer.

Les gaz d’échappement diesel sont l’une des principales sources de ces particules, a-t-il expliqué. Les particules les plus fines peuvent descendre dans les poumons jusqu’aux alvéoles. Il s’agit de minuscules sacs aériens situés à l’extrémité de la structure respiratoire du poumon, où le sang échange de l’oxygène et du dioxyde de carbone pendant le processus d’inspiration et d’expiration.

Les cellules de défense de l’organisme « voudront » éliminer ces particules, ce qui entraînera une inflammation. Cela finit par perturber les cellules qui, au lieu de continuer à se répliquer de manière saine, vont commencer à « dysfonctionner », devenant cancéreuses. « Ces cellules cancéreuses vont se multiplier et former une tumeur », a déclaré Ricard.

Plus de gens et plus âgés

Au moins plusieurs facteurs indiqués par l’étude ne sont pas liés à la pollution. L’augmentation rapide du taux mondial de cancer reflète la croissance démographique : à mesure que le nombre d’êtres humains sur la planète continue d’augmenter, le nombre total de cas de cancer augmentera également.

Et tandis que les humains sont de plus en plus nombreux, l’espèce vit également plus longtemps. « Le cancer est un problème d’immunité, et l’immunité diminue avec l’âge. En conséquence, plus l’espérance de vie d’une population est longue, plus elle risque de développer un cancer », a déclaré Ricard.

Une autre illusion classique des données épidémiologiques est liée à l’amélioration du diagnostic du cancer lui-même. Ce sont des cas qui existaient déjà par le passé, mais qui ont échappé aux radars médicaux. Aujourd’hui, à mesure qu’ils sont détectés, ils contribuent à une augmentation du nombre total de cas de cancer.

Il existe également des situations de « surdiagnostic », dans lesquelles la présence de cellules cancéreuses est confondue avec le cancer en tant que tel, a expliqué Catherine Hill, épidémiologiste française.

Un cas classique est celui du cancer de la prostate. Selon l’Institut de veille sanitaire (InVs), 30 % des hommes de 30 ans et 80 % des hommes de 80 ans ont des cellules cancéreuses au niveau de la prostate. «C’est extrêmement courant. Il est évident que toutes ces cellules cancéreuses ne donnent pas lieu à des cancers symptomatiques », a déclaré Hill.

Santé mentale

De plus en plus d’études établissent – ​​même si cela reste encore à confirmer – un lien entre la pollution et la détérioration de la santé, notamment mentale. La pollution aggraverait même la dépression.

Ce sont des « tendances » pleines d’estimations scientifiques, a déclaré Hill. Après le tabac, la consommation d’alcool est la première cause de cancer en France selon l’OMS, a déclaré Hill. « La pollution provoque en France 50 fois moins de cancers que le tabac, et 20 fois moins que l’alcool », a-t-elle ajouté, citant une étude du Centre international de recherche sur le cancer de l’OMS.

Il serait pourtant erroné de considérer les facteurs du cancer comme isolés, estime Ricard. Une personne exposée à plusieurs facteurs aura un risque plus élevé de développer un cancer. Les connaissances existantes sur l’effet que le tabac et l’alcool peuvent avoir ensemble sur les taux de cancer peuvent être appliquées ailleurs, a-t-il déclaré. « Nous avons ainsi pu retrouver, dans le cas du cancer du poumon, des gènes qui étaient tout aussi impactés par la cigarette que par la pollution atmosphérique », précise Ricard.

Les dangers du « dépotoir » mondial

Pourtant, le facteur de pollution n’est pas le même pour tout le monde, puisque les humains ne respirent pas le même air. « Dans les grandes villes de Chine, d’Inde, d’Amérique du Sud, à Antananarivo (à Madagascar) et même au Caire, des nuages ​​de particules se forment à cause de la pollution. Sous ce ‘smog’, les gens développent un cancer du poumon, tout comme en Angleterre pendant la révolution industrielle», a déclaré Ricard.

Il y a désormais un transfert de pollution vers le « Sud », qui sert de « dépotoir pour le monde », ajoute Ricard. « Outre les usines « à risque » que les pays industrialisés préfèrent délocaliser, les économies en développement se voient vendre des dérivés pétroliers à bas prix et de qualité inférieure. »

Ceux qui ont visité les mégalopoles des pays en développement en conviendront : la pollution y semble plus forte. C’est en effet parce qu’il est plus agressif : « Les carburants diesel utilisés là-bas sont encore plus riches en soufre et en azote que ceux émis en Europe », précise Ricard.

Pour Richard, le rapport de l’OMS met en avant une transition épidémiologique. Les pays auparavant touchés par les maladies infectieuses, qui sont en déclin, seront bientôt confrontés à une recrudescence de maladies, comme le cancer, communes aux pays occidentaux.

Un réveil écologique ?

En France, par exemple, la qualité de l’air s’est améliorée au cours des 30 dernières années. Dans la métropole toulousaine, la présence de particules fines et d’oxyde d’azote a diminué respectivement de 40 % et 17 % entre 2009 et 2019. Cela a eu un impact positif sur les maladies cardiovasculaires, les accidents vasculaires cérébraux, les infarctus et les cancers, précise Ricard.

Moins encourageante est l’étude menée dans la région toulousaine, qui conclut que la population économiquement défavorisée est plus exposée à la pollution de l’air, et plus préoccupée par les décès imputables à une exposition prolongée.

Au-delà de ces disparités socio-économiques, Xavier Briffault, chercheur en sciences sociales et épistémologie de la santé mentale au Centre national de la recherche scientifique (CNRS), y voit un potentiel de réveil écologique. En démontrant une corrélation directe entre la santé et la dégradation de l’environnement, la science pourrait nous faire passer d’une protection de l’environnement, motivée par l’éthique, à une conscience écologique, motivée par des préoccupations de santé publique.

La santé n’est pas une fin en soi mais aussi un moyen dans notre lutte pour un monde plus vert, a déclaré Briffault. En mobilisant nos peurs, la question sanitaire permet aussi aux citoyens de faire pression sur les politiques avec le message : « Non seulement vous tuez la planète, mais vous nous tuez. »

Le cri de ralliement selon lequel « polluer est mauvais » est voué à disparaître pour être remplacé par une nouvelle logique : la pollution nous tue.

Cet article a été traduit du original en français.

A lire également