« Gagnant-gagnant » : le Royaume-Uni s'apprête à revenir au programme de recherche clé de l'UE, Horizon Europe, le 1er janvier

« Gagnant-gagnant » : le Royaume-Uni s’apprête à revenir au programme de recherche clé de l’UE, Horizon Europe, le 1er janvier

Le Royaume-Uni fera son retour dans le programme de recherche scientifique de l’Union européenne, Horizon Europe, le 1er janvier 2024, ont confirmé les deux parties lundi.

PUBLICITÉ

L’annonce a été faite après l’adoption de l’accord politique permettant au Royaume-Uni de rejoindre Horizon ainsi que Copernicus, la composante d’observation de la Terre du programme spatial de l’UE.

Pour devenir pays associé, Londres devra contribuer en moyenne 2,43 milliards d’euros par an au budget de l’UE pour Horizon Europe, avec 154 millions d’euros supplémentaires pour Copernicus.

« Je suis heureuse d’accueillir à nouveau le Royaume-Uni dans la famille Horizon. Il s’agit d’une véritable étape importante, clairement gagnant-gagnant pour les deux parties et pour le progrès scientifique mondial », a déclaré Lliana Ivanova, commissaire européenne chargée de l’innovation, de la recherche, de la culture et de l’éducation. et la jeunesse, a déclaré dans un communiqué.

« Ensemble, nous pouvons aller plus loin et plus vite. J’ai fait de l’association de pays tiers à Horizon Europe ma priorité personnelle, et nous y parvenons », a-t-elle ajouté.

Michelle Donelan, secrétaire d’État britannique à la Science, à l’Innovation et à la Technologie, qui était à Bruxelles lundi, a déclaré que « faire partie d’Horizon et de Copernicus est une victoire colossale pour les communautés scientifiques, de recherche et d’affaires du Royaume-Uni, ainsi que pour la croissance économique et la création d’emplois – tout cela fait partie des décisions à long terme que le gouvernement britannique prend pour garantir un avenir meilleur ».

« Nous aurons une place à la table »

Selon le gouvernement, l’accès renouvelé au financement d’Horizon devrait créer et soutenir des milliers de nouveaux emplois.

L’accord pour que le Royaume-Uni revienne aux deux programmes a été conclu il y a deux mois le Premier ministre britannique Rishi Sunak vantant ensuite un accord « sur mesure » qui comprend « des conditions financières d’association améliorées ».

Le Royaume-Uni a par exemple souligné qu’il disposait désormais d’une « nouvelle récupération automatique » qui lui permettrait d’être indemnisé si les scientifiques britanniques recevaient beaucoup moins d’argent que ce que le Royaume-Uni investissait dans le programme.

Il bénéficiera également d’un « indicateur de surperformance », a déclaré Donelan aux journalistes, ce qui signifie que le Royaume-Uni sera en mesure « de retirer actuellement plus que ce que nous avons investi, jusqu’à 8% pendant deux années consécutives ».

Le Royaume-Uni était auparavant l’un des principaux bénéficiaires des subventions européennes au titre d’Horizon et son exclusion du programme – qui dispose d’une enveloppe de 95,5 milliards d’euros pour financer la recherche et l’innovation en science et technologie pour la période 2021-2027 – avait conduit les universités britanniques à émettre des avertissements. que leur leadership académique pourrait être ébranlé.

Les pourparlers ont toutefois traîné en longueur alors que les relations entre les deux parties se sont détériorées sous la direction du Premier ministre de l’époque, Boris Johnson. Mais une percée en février avec le Cadre de Windsorpour résoudre l’épineuse question de l’Irlande du Nord, a conduit à un résumé des pourparlers.

En tant que pays associé, le Royaume-Uni n’aura pas de droit de vote, mais Donelan a insisté sur le fait que cela « ne signifie pas que nous ne serons pas un partenaire influent au sein du projet ».

« Este [Horizon] Il est désormais de nature très mondiale, il s’agit du plus grand programme de recherche et de collaboration au monde. La Nouvelle-Zélande en est membre, le Canada est sur le point de le rejoindre et d’autres pays que je connais sont impatients de participer également. Nous prendrons place à table. Nous pourrons diriger des programmes », a-t-elle déclaré.

« Des avantages tangibles à long terme »

Vivienne Stern MBE, directrice générale d’Universities UK, a salué l’adoption de l’accord politique, le qualifiant de « jour capital ».

« C’est une situation gagnant-gagnant. La communauté scientifique britannique a une énorme contribution à apporter à la génération de nouvelles connaissances en tant que pays associé, et elle bénéficiera également de l’opportunité de travailler en toute transparence avec des chercheurs du monde entier, au sein de l’UE. et au-delà », a-t-elle ajouté.

Le professeur Julia Black, présidente de la British Academy, a également salué cette annonce : « Des chercheurs qui se lancent dans les premiers stades de leur carrière, aux équipes interdisciplinaires collaborant pour résoudre des problèmes clés, en passant par les organismes de recherche et les fondateurs comme nous : nous accueillons tous favorablement l’annonce d’aujourd’hui. Association à Horizon Europe. »

« Nous encourageons fortement les chercheurs, les entreprises et les innovateurs de tous les domaines de nos disciplines à rechercher les opportunités ouvertes par l’Association. Elles apportent avec elles des avantages tangibles et à long terme pour les personnes et la société », a-t-elle ajouté dans un communiqué.

La contribution annuelle du Royaume-Uni, de 2,43 milliards d’euros, s’étend jusqu’en 2027, date à laquelle elle devra être renégociée.

A lire également