Explained: Why truckers are blockading the EU's eastern border with Ukraine thumbnail

Explication : Pourquoi les camionneurs bloquent la frontière orientale de l’UE avec l’Ukraine

Les chauffeurs routiers polonais ont passé près d’un mois à bloquer différents points de passage le long de la frontière avec l’Ukraine. Vendredi dernier, des conducteurs slovaques se sont joints à la manifestation, transformant le conflit en une véritable crise européenne.

Les restrictions imposées 24 heures sur 24 ont laissé des milliers de conducteurs ukrainiens coincés en Pologne, attendant des jours entiers pour passer de l’autre côté. Les médias locaux parlent de files d’attente qui s’étendent sur plus de 30 kilomètres sur le territoire polonais.

Les conditions difficiles qui règnent dans la région, notamment des températures inférieures à zéro, la rareté des approvisionnements alimentaires et le manque de services sanitaires, ont soulevé de graves problèmes de sécurité, avec des informations faisant état de deux conducteurs ukrainiens décédés de causes naturelles alors qu’ils s’attardaient à l’intérieur de leur véhicule. (La Pologne affirme qu’un seul est mort jusqu’à présent.)

Les responsables de Kiev ont qualifié la situation de « catastrophique » et ont même vanté un plan d’urgence pour évacuer ceux qui sont restés bloqués. La Fédération des employeurs d’Ukraine estime que l’économie nationale a perdu au moins 400 millions d’euros.

Pendant ce temps, à Bruxelles, la Commission européenne a envoyé à Varsovie un message de forte désapprobation et a menacé d’engager des poursuites judiciaires si les règles de l’UE ne sont pas correctement appliquées.

Voici tout ce qu’il faut savoir pour comprendre les protestations des camionneurs.

Pourquoi les camionneurs sont-ils si en colère ?

La protestation découle d’une question de concurrence sur le marché.

Dans le cadre du soutien multidimensionnel de l’Union européenne à l’Ukraine, le bloc a convenu d’exempter les transporteurs routiers ukrainiens de l’obligation de détenir les permis traditionnellement requis pour les transporteurs non européens. Les permis de conduire et les certificats d’aptitude professionnelle délivrés par une partie étaient automatiquement reconnus valides par l’autre.

La mesure a été introduite en juin de l’année dernière pour renforcer les « voies de solidarité », censées aider l’Ukraine à maintenir son économie nationale et ses relations commerciales face à l’agression russe. L’occupation partielle des troupes russes dans l’est de l’Ukraine a privé le pays de l’accès à la mer Noire, sa principale route d’exportation.

Selon le Commission européenneles « voies de solidarité » ont permis à l’Ukraine d’exporter plus de 60 millions de tonnes de produits alimentaires, comme des céréales et des oléagineux, entre mars 2022 et novembre 2023, en plus de 48 millions de tonnes de produits non agricoles.

Mais les camionneurs polonais ne sont pas contents. Ils affirment que les conducteurs ukrainiens disposent d’une marge de manœuvre excessive et profitent des nouvelles règles pour couvrir les itinéraires de transport entre les États membres qui n’impliquent pas l’Ukraine.

Parce que les transporteurs ukrainiens proposent des prix plus bas pour leurs services et ne sont pas liés par les normes européennes, les camionneurs polonais, qui occupent depuis des années une position de leader dans le secteur du transport routier en Europe, estiment que la situation équivaut à une concurrence déloyale et exigent le rétablissement immédiat des obligation de se munir d’un permis.

Ils souhaitent également que les camions vides revenant d’Ukraine soient exclus d’eCherha, un système de file d’attente électronique mis en place par Kiev, qui, selon les manifestants, crée des délais d’attente excessifs et expose les entreprises à des pertes économiques.

Les forces slovaques partagent les mêmes arguments et souhaitent ramener les règles d’avant-guerre.

Quelle est l’ampleur des protestations ?

Les manifestations ont débuté le 6 novembre et se sont progressivement étendues à quatre points de contrôle le long de la frontière polono-ukrainienne : Dorohusk-Yahodyn, Hrebenne-Rava-Ruska, Korczowa-Krakovets et, depuis la semaine dernière, Medyka-Shehyni.

Au total, le pays dispose de huit points de passage avec l’Ukraine pour le transport routier de marchandises.

Les manifestants ont promis d’autoriser le passage des véhicules transportant de l’aide humanitaire et des fournitures militaires dans ce pays déchiré par la guerre, mais Kiev affirme que cette promesse n’a pas été tenue.

Pendant ce temps, des chauffeurs slovaques ont bloqué le poste de contrôle de Vysne Nemecke-Uzhhorod, la porte frontière la plus fréquentée de la Slovaquie avec l’Ukraine.

Ce n’est pas le cas à proprement parler. Les protestations en cours concernent la concurrence des camionneurs ukrainiens, qui sont désormais en mesure de servir plus facilement les clients européens.

Cependant, le blocus partage un lien avec le conflit sur les céréales. En réponse à l’invasion russe, l’UE a levé les droits de douane sur les produits agricoles ukrainiens, exportés hors du pays par les « voies de solidarité ». La suppression des droits de douane a entraîné une surabondance de céréales ukrainiennes à bas prix sur le marché européen, en particulier dans cinq États membres périphériques : la Pologne, la Hongrie, la Slovaquie, la Roumanie et la Bulgarie.

La Pologne, face à la colère des agriculteurs, a réagi en imposer une interdiction unilatérale qui interdit la vente ou le stockage des céréales ukrainiennes à l’intérieur du pays. L’interdiction a été conçue et établie par le gouvernement comme une mesure politique.

Les camionneurs qui protestent sont un mouvement populaire, sans incitation directe de l’État. Varsovie a cependant exprimé sa solidarité avec les conducteurs concernés, a soutenu le raisonnement qui sous-tend leurs réclamations et a exhorté Bruxelles à rétablir les autorisations de transport.

Les figures libéré par le ministère polonais des Infrastructures soulignent le mécontentement des manifestants : en 2021, un an avant le déclenchement de la guerre par la Russie, les camionneurs polonais détenaient 38 % de part de marché contre 62 % de leurs concurrents ukrainiens. Fin octobre, les chiffres s’élevaient respectivement à 8 % et 92 %.

Que dit Bruxelles ?

Adina Vălean, la commissaire européenne aux transports, a qualifié la situation de « absolument inacceptable » et a appelé à une résolution rapide.

« Même si je soutiens le droit des citoyens à manifester, l’UE dans son ensemble – sans parler de l’Ukraine, un pays actuellement en guerre – ne peut pas être prise en otage en bloquant nos frontières extérieures. C’est aussi simple que cela », a déclaré Vălean la semaine dernière.

Vălean a réprimandé le gouvernement polonais pour ne pas avoir fait sa part pour apaiser le conflit et a déclaré que la Commission pourrait ouvrir une procédure d’infraction pour garantir le respect du droit européen.

« Il n’y a aucune bonne foi pour trouver une solution. C’est mon évaluation aujourd’hui », a déclaré Vălean. « Il y a une absence presque totale d’implication des autorités polonaises. »

« Je dis cela parce que ce sont les autorités polonaises qui sont censées faire respecter la loi à cette frontière », a-t-elle ajouté.

Y aurait-il une solution ?

Des pourparlers sont en cours entre les différentes parties mais aucune feuille de route pour une solution durable n’a encore été dégagée. Ce week-end, la Pologne et l’Ukraine frappé un accord ciblé pour permettre la circulation des camions vides en ouvrant le poste de contrôle de Dołhobyczów-Uhryniv et en créant des créneaux séparés aux passages de Dorohusk-Yahodyn et de Korczowa-Krakovets.

Mais le gouvernement polonais, qui est en pleine transition de pouvoir après huit ans de gouvernement d’extrême droite sous le parti Droit et Justice (PiS), a également annoncé des inspections plus strictes des camions le long de la frontière « à la demande des transporteurs polonais » et a appelé à une révision urgente de l’accord de transport routier UE-Ukraine.

La Commission européenne joue le rôle de facilitateur et a proposé une liste de « mesures techniques » qui peuvent être introduites pour apaiser les tensions. Mais Bruxelles a clairement indiqué que la suppression des autorisations de transport, devenue la principale source d’inquiétude, ne serait pas touchée car elle découlait d’un accord international signé avec l’Ukraine et approuvé sans discussion par les États membres.

La Commission, comme ce fut le cas lors de la controverse sur les céréales, s’oppose à toute modification significative des nombreuses manières dont le bloc soutient l’Ukraine.

Pendant ce temps, les manifestants polonais ont déclaré que le blocus pourrait durer jusqu’au début janvier si leurs revendications ne sont pas satisfaites.

A lire également