What Italy should do to avoid an economic slowdown thumbnail

Ce que l’Italie devrait faire pour éviter un ralentissement économique

Des réformes fiscales et budgétaires sont nécessaires dans un pays où la dette publique représente 140 % du produit intérieur brut, indique un nouveau rapport de l’OCDE.

Se serrer la ceinture est l’une des mesures clés pour maintenir la croissance à long terme en Italie, a déclaré l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) dans son Étude économique sur l’Italie qui examine de près les perspectives du pays.

Le rapport reconnaît que l’économie italienne a surmonté avec succès les crises récentes, mais prévient qu’elle ralentit désormais dans un contexte de resserrement des conditions financières. Pour garantir une croissance forte et durable à long terme, l’OCDE recommande à l’Italie d’adopter une réorientation de la fiscalité, en s’attaquant à la propriété et à la consommation plutôt qu’au travail, ainsi qu’à mener des réformes du système de retraite et à soutenir l’emploi des jeunes et des jeunes. des femmes, entre autres.

Economie italienne – les défis

Comme Euronews Business l’a rapporté plus tôt, la troisième économie européenne est confrontée à de nombreux défis.notamment le faible taux d’emploi et la précarité des finances publiques.

Le pays s’est bien comporté immédiatement après la pandémie de Covid-19, grâce à un important soutien budgétaire qui a permis au PIB de retrouver son niveau d’avant la pandémie à la mi-2021, et au chômage d’atteindre des niveaux historiquement bas.

Le soutien budgétaire ne peut toutefois pas soutenir la croissance indéfiniment.

Dans ses dernières prévisions, la Banque d’Italie estime que le produit intérieur brut (PIB) ralentira encore en 2024, à 0,6 % contre 0,7 % en 2023.

Il prévoit une croissance du PIB légèrement supérieure, de 0,7 % pour 2024 et de 1,2 % en 2025.

L’un des principaux moteurs de cette croissance devrait être la demande intérieure, principalement la consommation privée. Le taux d’inflation pourrait soutenir cette tendance, selon l’OCDE. L’inflation globale (y compris les prix des produits alimentaires et de l’énergie) devrait ralentir considérablement, passant de 5,9 % en 2023 à 2,6 % et 2,3 % en 2024 et 2025 respectivement.

L’investissement public a également montré des signes de reprise et devrait continuer à soutenir l’économie dans les années à venir, selon le rapport de l’OCDE.

Cependant, la croissance à long terme pourrait être entravée par les coûts croissants de la dette publique élevée du pays, qui s’élève à environ 140 % du PIB, le troisième plus élevé de la zone OCDE.

Sans changer de cap, les dépenses publiques consacrées aux coûts liés au vieillissement et au service de la dette en proportion du PIB devraient augmenter d’environ 4,5 % entre 2023 et 2040. Des réformes fiscales et des dépenses sont nécessaires pour aider à placer la dette sur une trajectoire plus prudente, selon le rapport. averti.

Ce que recommande l’OCDE

L’OCDE estime que les futurs budgets italiens, à partir de 2025, doivent maintenir un équilibre prudent entre la réduction des dépenses qui ne répondent pas à la croissance à long terme et le placement de la dette sur une trajectoire plus prudente. « La croissance des dépenses doit être contenue, mais dans le même temps, les investissements publics doivent être protégés afin de minimiser les effets secondaires négatifs sur la croissance », indique le rapport.

Pour réduire les coûts à long terme, l’OCDE recommande de réformer le système de retraite, en particulier pour réduire les pressions sur les dépenses des retraités à revenus élevés et réduire les coûts administratifs. Il recommande également d’adopter des réformes pour améliorer la qualité des services publics.

Du côté des recettes, transférer les impôts du travail vers la propriété et la consommation protégerait les recettes fiscales, tout en rendant le système plus favorable à la croissance.

Le rapport fait l’éloge des réformes en cours dans la justice civile et l’administration publique, affirmant qu’elles contribueront à accroître les investissements des entreprises et la productivité. Cependant, il conseille de réduire davantage les barrières réglementaires pour aider les nouvelles entreprises à entrer sur le marché et stimuler la concurrence.

Il reste encore beaucoup à faire pour stimuler l’emploi

L’emploi est en constante augmentation dans le pays en raison du chômage élevé des jeunes et de la faible participation des femmes au marché du travail. L’OCDE estime qu’il serait possible de faire davantage pour améliorer ces chiffres.

Les remèdes, selon l’OCDE, sont l’éducation et la formation, ainsi que l’élargissement de l’accès à l’éducation publique de la petite enfance et l’incitation au congé parental.

La transition verte a ralenti dans le pays

Les abondantes ressources solaires de l’Italie et la faible intensité énergétique de son économie ont ouvert la voie à la transition climatique. Cependant, le rythme de réduction des émissions a ralenti au cours de la dernière décennie, a déclaré l’OCDE, appelant à des efforts politiques supplémentaires pour accélérer la réduction des émissions. Il recommande d’augmenter les taxes d’accise sur les combustibles fossiles et de simplifier l’installation de capacités d’énergies renouvelables.

« Les transports pourraient être davantage décarbonés en investissant dans le réseau ferroviaire et en promouvant les véhicules électriques », ajoute-t-il.

A lire également