Pentagone : un drone lancé depuis l'Iran frappe un pétrolier dans l'océan Indien

Pentagone : un drone lancé depuis l’Iran frappe un pétrolier dans l’océan Indien

Un drone lancé depuis l’Iran a frappé un chimiquier dans l’océan Indien tôt samedi, dans ce qui semble être la première attaque contre un navire commercial en dehors de la mer Rouge depuis une récente rafale dans la région.

PUBLICITÉ

« Le chimiquier battant pavillon libérien, appartenant au Japon et exploité par les Pays-Bas a été heurté vers 6 heures du matin GMT dans l’océan Indien, à 200 milles marins de la côte indienne, par un drone d’attaque à sens unique tiré depuis l’Iran », a déclaré le Pentagone. a déclaré le porte-parole.

Il s’agit de la première attaque connue aussi loin de la mer Rouge depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Une série d’attaques ont eu lieu en mer Rouge contre des navires commerciaux ces dernières semaines.

Les rebelles houthis du Yémen, soutenus par l’Iran, ciblent les navires occidentaux naviguant au large des côtes du Yémen et ayant des liens avec Israël, en réponse à la guerre entre Israël et le mouvement islamiste palestinien Hamas dans la bande de Gaza. En réponse, plusieurs missiles et drones ont été abattus par les navires de guerre américains et français patrouillant dans la zone.

Téhéran nie toute implication

Hossein Amirabdollahian, le ministre iranien des Affaires étrangères, a nié toute implication dans l’attaque de drone de samedi, affirmant que son pays ne dispose d’aucun groupe mandaté dans la région. Il a également nié toute implication dans des attaques contre des navires dans le mer Rouge par les Houthis au Yémen.

« Les actes commis par d’autres ne doivent pas être attribués à des groupes mandataires iraniens. Nous n’avons aucun groupe mandataire dans la région », a déclaré Amirabdollahian.

Il a fait ces commentaires samedi après la conférence internationale d’une journée sur la Palestine à Téhéran.

Déclenchement de retards et de hausses de prix

Les attaques contre des navires commerciaux dans la mer Rouge par les rebelles Houthis du Yémen ont détourné une grande partie du commerce mondial de la région, un changement qui devrait entraîner des retards et une hausse des prix.

Le pétrole, le gaz naturel, les céréales et tout, des jouets à l’électronique, transitent généralement par la voie navigable séparant l’Afrique de la péninsule arabique en direction du canal de Suez, où transite 12 % du commerce mondial.

Les Houthis sont des rebelles soutenus par l’Iran qui se sont emparés de la capitale du Yémen, Sanaa, en 2014, lançant une guerre acharnée contre une coalition dirigée par l’Arabie saoudite cherchant à restaurer le gouvernement.

Le Houthis ont sporadiquement ciblé des navires dans la région, mais les attaques se sont multipliées depuis le début de la guerre entre Israël et le Hamas.

Ils ont utilisé des drones et des missiles anti-navires pour attaquer des navires et, dans un cas, ont utilisé un hélicoptère pour arraisonner et saisir un navire israélien et son équipage.

La semaine dernière, les États-Unis – ainsi qu’une multitude d’autres pays – ont annoncé qu’ils s’associeraient pour protéger les navires attaqués transitant par la mer Rouge.

Amirabdollahian a déclaré qu’il n’était pas nécessaire de former une coalition pour sécuriser la voie navigable.

« Il n’y a pas besoin d’une coalition. Ils [the US] devrait arrêter de soutenir le criminel [Israel] et ils verront une région plus sûre et des conditions encore meilleures pour le transfert d’énergie dans la région », a déclaré le ministre iranien des Affaires étrangères lors de la conférence à Téhéran.

A lire également