Ion Izagirre soloes to victory in mid-mountain Tour de France stage thumbnail

Ion Izagirre remporte en solo la victoire dans l’étape de moyenne montagne du Tour de France

L’étape de 169 kilomètres a emmené les coureurs à travers les vignobles du Beaujolais sur un parcours comportant deux grosses montées dans la seconde moitié du trek. Les deux premières heures de course ont été endiablées, avec plusieurs dizaines de coureurs abandonnés sur les 25 premiers kilomètres.

Ion Izagirre est sorti victorieux d’une étape passionnante du Tour de France à mi-montagne qui a débuté par une rafale d’attaques qui a duré jusqu’à la fin jeudi.

Le coureur Cofidis a remporté sa deuxième victoire d’étape en carrière sur le Tour lors de la 12e étape.

L’étape de 169 kilomètres a emmené les coureurs à travers les vignobles du Beaujolais sur un parcours comportant deux grosses montées dans la seconde moitié du trek. Les deux premières heures de course ont été endiablées, avec plusieurs dizaines de coureurs abandonnés sur les 25 premiers kilomètres.

Izagirre a attaqué parmi un groupe d’échappées fortes et expérimentées dans la montée finale – l’ascension brutale du Col de la Croix Rosier, long de 5,3 kilomètres. Installé dans une position aérodynamique, le coureur basque a pris tous les risques dans la descente, puis a utilisé ses solides compétences en contre-la-montre pour déjouer la poursuite de ses rivaux après un formidable effort en solitaire de 31 kilomètres.

« C’est incroyable. Jusqu’à présent, pendant tout le Tour, j’ai essayé de m’échapper et ça n’a pas marché, mais aujourd’hui, oui », a-t-il déclaré. « J’avais confiance en ma force. Je savais que si je prenais suffisamment d’avance, mes adversaires ne me auraient pas en vue et cela jouerait en ma faveur.

C’était également la deuxième victoire d’étape pour un pilote basque après que Pello Bilbao ait remporté l’étape 10.

« C’est un Tour de France très basque. Cela a commencé chez nous et nous avons remporté deux étapes », a déclaré Izagirre, en référence au Tour partant de la ville espagnole de Bilbao cette année.

Mathieu Burgaudeau termine deuxième de l’étape et Matteo Jorgenson complète le podium.

La précédente victoire d’Izagirre sur le Tour remonte à 2016 dans la ville alpine de Morzine. Il a également remporté des étapes du Giro d’Italia et de la Vuelta espagnole.

Il n’y a pas eu de changements majeurs au classement général. Jonas Vingegaard a conservé son avance de 17 secondes sur le double champion Tadej Pogacar après que les rivaux soient restés ensemble tout au long de la journée. Jai Hindley est resté à la troisième place, à 2 minutes et 40 secondes du rythme.

La lutte pour le maillot jaune devrait reprendre vendredi sur l’ascension du Grand Colombier, une montée gigantesque dans le Jura qui conclut la 13e étape.

Il a fallu beaucoup de temps pour que l’échappée se forme sur un parcours aux hauts et aux bas constants après une chute à grande vitesse impliquant David De La Cruz et Quentin Pacher qui a divisé le peloton en deux. Le coureur espagnol a abandonné, rejoignant ses coéquipiers d’Astana-Qazaqstan Luis Leon Sanchez et Mark Cavendish sur la liste des forfaits.

Pogacar et Vingegaard roulaient en tête et figuraient parmi les plus offensifs du groupe de tête aux côtés des fougueux Mathieu van der Poel et Wout van Aert.

Dylan Teuns et Tiesj Benoot ont finalement réussi à se dégager après 65 kilomètres alors que le peloton de tête entrait dans le vignoble du Beaujolais. Le rythme ne ralentissait pas et les coureurs étaient dispersés partout.

La paire belge a été rejointe par une douzaine de rivaux et les attaquants ont finalement réussi à creuser un écart décent. L’échappée comprenait des spécialistes des classiques d’un jour, ce qui lui donnait de belles chances de succès.

Les 15 hommes ont bien collaboré et ont rapidement pris deux minutes d’avance sur le groupe maillot jaune, heureux de les laisser partir après deux heures de course cycliste acharnée.

La bataille pour la victoire d’étape a commencé dans la descente du Col de la Casse Froide, où Van der Poel et Andrey Amador sont partis seuls. Amador a ensuite tenté de laisser tomber Van der Poel mais le Néerlandais a contré et est parti en solo.

Van der Poel a franchi le Col de la Croix Montmain en premier et a poussé fort dans la descente technique pour tenter d’augmenter son avance devant le Col de la Croix Rosier. Il n’a pas pu prolonger son effort dans la montée et a été rattrapé à 32 kilomètres de l’arrivée avant qu’Izagirre ne fasse son geste décisif.

A lire également