Alcaraz pose avec le trophée numéro un, lundi à Paris-Bercy.

Paris-Bercy Masters 2022 : Nadal, Alcaraz et la double épine de Bercy | Des sports

Qu’est-ce que deux mois au milieu d’une carrière de 21 ans ? Un monde ou un clin d’œil, selon la façon dont on le regarde. En tout cas, les deux derniers ont beaucoup donné à Rafael Nadal : si beaux, si costauds, si étranges. De sa dernière intervention officielle (le 6 septembre, à New York) à cette réapparition à Paris-Bercy (cet après-midi face à Tommy Paul, pas avant 19h30 ; Movistar), le champion de 22 ans a connu les deux pôles : un au revoir, celle de son partenaire Roger Federer lors de cette nuit larmoyante à l’O2 de Londres, et un accueil, celui du petit Rafael, premier rejeton. Pour la première fois, l’Espagnol de 36 ans reprendra la piste en tant que père, après l’accouchement de sa femme le 8 octobre.

« C’est diférent. Il a toujours été difficile de quitter la maison, mais c’est drôle qu’après seulement trois semaines, cela puisse vous manquer autant, n’est-ce pas ? Une nouvelle expérience. Tout changement est compliqué dans cette vie, il faut donc s’adapter ; en tout cas, maintenant nous avons de la chance car nous pouvons passer des appels vidéo quand vous le souhaitez, et cela aide toujours. Mais c’est difficile d’interagir avec un bébé… », soulignait ce mardi Nadal, aussi heureux de retrouver la compétition que prudent avant une autre épreuve décisive, puisqu’il ne sait pas comment son corps va réagir après deux mois tendus et une saison émaillée de chocs, du pied à l’abdomen, en passant par la côte qui a été blessée à Indian Wells.

« Je ne sais pas, voyons comment il se comporte. Avec des vieux corps comme le mien et après avoir été hors compétition pendant un moment, c’est dur de savoir s’il va réagir ou pas, comment tu vas jouer », a-t-il concédé aux journalistes en anglais ; « C’est vrai qu’en termes de résultats, ça a été une année incroyable, mais en même temps ça a été dur à cause des blessures. Je suis ici pour faire de mon mieux, voyons. J’espère qu’il est prêt », a ajouté l’homme de Manacor, qui s’est rappelé qu’en 2007, il avait disputé la finale du tournoi contre son ami David Nalbandian et qu’aujourd’hui, trois décennies plus tard, il continue d’aspirer au numéro un.

L’option, toujours très appétissante, est d’écraser Carlos Alcaraz d’ici à la clôture définitive du parcours, avec Bercy et la Masters Cup (du 13 au 20 novembre, à Turin) comme champ de bataille. Pourtant, le trône a depuis longtemps cessé d’être quelque chose d’essentiel pour Nadal, qui cherche avant tout à mettre la touche finale avec de bonnes sensations et sans plus d’accroc. « Je ne sais pas combien de tournois j’ai joué, genre dix, et j’ai pu en terminer huit ; C’est difficile d’être numéro un comme ça, mais je suis content d’être à ce poste parce que ça dit que quand j’ai joué j’ai bien fait », apprécie le gaucher, qui en 2022 a triomphé à Melbourne, à l’Open d’Australie. , Acapulco et Roland Garros, avec seulement cinq défaites sur la feuille de service.

La nuit canaille contre Gaston

Il affronte désormais un défi de haut vol à Bercy, où pour une raison ou une autre, généralement des mésaventures physiques, il n’a jamais réussi à soulever le trophée. L’année dernière, il n’a pas pu y assister et dans les pistes précédentes, lorsqu’il a pu concourir, il a affiché quatre demi-finales et trois accès aux quarts de finale. Sous le toit de Paris, quel qu’il soit, tout va mal pour lui, qui aura ce mercredi un duel avec l’Américain Paul (31e mondial ; bourreau de Roberto Bautista doublé 6-4) et qui devance Alcaraz en 920 points.

Le Murcien, 19 ans et devenu en septembre le plus jeune gouverneur de circuit de l’histoire, a droit (vers 14h30, Movistar) à une première avec le Japonais Yoshihito Nishioka. Il a reçu il y a deux jours le trophée qui le distingue en tant que leader, dans une humeur après que Félix-Augger Aliassime l’ait livré sans discussion vendredi en demi-finale de Bâle. Le Canadien s’est lancé – des titres à Anvers, Florence et l’épreuve suisse – et fort d’une séquence de 13 victoires sous le format indoor, également dominé par Novak Djokovic. Le Serbe, efficace face à Maxime Cressy lors de sa première intervention (7-6(1) et 6-4) et défenseur du sceptre, veut continuer à s’aiguiser après de récents succès à Tel-Aviv et Astana.

Alcaraz pose avec le trophée numéro un, lundi à Paris-Bercy.YOAN VALAT (EFE)

Mis à part les favoris, Alcaraz veut retirer l’épine de l’année dernière, lorsqu’il a vécu l’un de ses jours les plus amers dans son court parcours en tant que professionnel. Ensuite, le public français a enveloppé le local Hugo Gaston et a célébré sans vergogne chaque erreur commise par l’Espagnol, qui semble avoir surmonté quelques problèmes de genou et rêve de terminer l’année en beauté ; Une position à laquelle, outre lui et Nadal, aspirent également le Grec Stefanos Tsitsipas (à 1 650 points au ) et le Norvégien Casper Ruud (à 1 710). L’arriviste 2021 apparaît désormais en tête du peloton, avec un gros dans la liste des vainqueurs et quatre autres prix : Rio, Miami, Barcelone et Madrid, avant le coup à l’US Open.

« Je ne ressens pas la pression, je me suis fixé cet objectif », confie Alcaraz, qui après les deux derniers rendez-vous du calendrier participera également à la finale de la Coupe Davis, du 22 au 27 novembre à Malaga. « C’était un match assez compliqué, vraiment ; probablement l’un des plus durs que j’ai joué dans ma vie, mais en même temps ça m’a beaucoup aidé. Grâce à ce match, je sais ce que ça fait quand tout le monde n’est pas avec toi, et c’est ce que j’ai appris », a résolu l’homme d’El Palmar, qui pourrait retrouver Aliassime vers la finale. Pendant ce temps, Nadal est exposé à un combat hypothétique avec Djokovic.

Abonnez-vous pour continuer à lire

Lire sans limites

A lire également