Paris-Bercy Masters 2022 : Alcaraz progresse en attendant son genou | Des sports

Carlos Alcaraz est revenu sur la scène qui l’avait vu partir en fanfare l’an dernier, le Palais Omnisports de Bercy, qui le reçoit désormais avec les honneurs et applaudit la victoire : doublé 6-4 (en 1h 12m) face au Japonais Yoshihito Nishioka, qui a mis beaucoup de Il était déterminé au début puis, voyant qu’il n’y avait aucun moyen de planter ses dents dans son adversaire, il s’est simplement laissé emporter par l’inertie. Aujourd’hui, il en faut bien plus pour performer pour l’Espagnol, qui est numéro un sur le circuit et traverse une saison à toute allure, essoufflé et essoufflé dès le premier jour. Par conséquent, l’érosion de tant de coups de fouet et de tant de fêtes est perceptible ; Ils sont déjà 68 au compteur, répartis en 17 tournois et le double engagement en Coupe Davis, en février (Marbella) et septembre (Valence). À ce stade, Alcaraz rivalise avec les autres et en même temps regarde de côté son châssis.

Le Murcien de 19 ans a sauté sur la piste parisienne avec du ruban adhésif protecteur sur le genou gauche, celui-là même qui l’a obligé à passer un examen avant de concourir à Bercy. « Ce n’est rien de grave, je vais bien », a-t-il rassuré il y a trois jours en préambule du tournoi. « Cette année j’ai beaucoup joué et en fin de saison tous les joueurs ont un problème », relativise l’homme d’El Palmar, dont les succès et sa belle évolution professionnelle l’ont obligé à rester sur le court comme peu d’autres ; en effet, seuls le Grec Stefanos Tsitsipas (79) et le Canadien Felix-Augger Aliassime (78) ont disputé plus de matches que lui (68), qui a encore deux rendez-vous en attente : la Masters Cup (à Turin, du 13 novembre au 20) et le résultat de Davis (à Malaga, du 22 au 27).

« Maintenant, les problèmes physiques se font jour et c’est normal, je me sens bien. Il faut s’occuper d’eux et montrer la meilleure version possible », répète le premier gouverneur de l’histoire, qui, lorsqu’il a été couronné le 11 septembre à New York, a surpassé l’Australien Lleyton Hewitt, son prédécesseur, exalté en 2001 à seulement 20 ans et neuf mois.

Alcaraz chouchoute l’articulation et prend conscience pour une dernière ligne droite exigeante dans laquelle il doit serrer les dents. Nishioka ne l’a pas forcé à outrance, il a discuté le premier set et s’est résigné au second, conscient qu’à un moment ou à un autre le pouls allait retomber de l’autre côté. Le Japonais (27 ans, 38e à l’ATP) a gratté un break au début, mais le Murcien a contre-attaqué avec deux pour ouvrir la victoire et a signé un troisième dans la résolution ; de quoi décanter un jeu dans lequel il a dosé les appuis pour prévenir de plus grands maux et dans lequel il n’a pas vraiment eu besoin d’appuyer sur l’accélérateur.

Un record de 3h 31m

Il a décidé numéro un avec 30 coups gagnants, pour les sept du rival et avec neuf. Ainsi, il affrontera ce jeudi en 8e de finale (vers 13h00, Movistar et #Vamos) le Bulgare Grigor Dimitrov (6-0 et 7-5 contre l’Italien Fabio Fognini), et conservera le mondial trône en fin de semaine grâce au trébuchement de Rafael Nadal, inférieur et méconnaissable lors de la rentrée face à l’Américain Tommy Paul. Satisfait, Alcaraz a atterri dans le même tour qu’il a atteint il y a un an, lorsqu’il est tombé contre Hugo Gaston.

« Joyeux 23. Je t’aime beaucoup, Álvaro », a-t-il dédié à l’un de ses frères avant de se retirer dans les vestiaires avec son devoir accompli. « Je dirais que j’ai très bien joué. Bien sûr, je dois améliorer beaucoup de choses pour le prochain tour, mais un début n’est jamais facile. Je dois m’habituer à ces conditions car elles sont différentes de celles de Bâle, mais je pense avoir bien servi [85% de puntos con los primeros]je suis bien passé au réseau [11 aciertos en 12 subidas] et j’ai aussi bien fait de la ligne », a-t-il expliqué tout en disant qu’il n’avait pas perçu de changement particulièrement notable chez les rivaux pour jouer contre lui, le nouveau roi : « Pas trop, je dirais qu’ils sont un peu plus agressifs « .

Avant qu’Alcaraz n’intervienne, le champion 2020, le Russe Daniil Medvedev (6-4, 2-6 et 7-5 avec Alex de Miñaur), est tombé et Aliassime a dû travailler dur face à Michael Ymer (6-7 (8), 6- 4 et 7-6(6).En fait, tous deux ont joué le match en trois sets le plus long de l’histoire du tournoi, 3h 31m; le record absolu correspond au match de la finale de 1991 entre Pete Sampras et Guy Forget , résolu en cinq, après 3h 43m. Le Grec Tsitsipas, quant à lui, progressait en battant Daniel Evans sans revers 6-3 et 6-4, à l’instar de l’Américaine Frances Tiafoe (6-3 et 7-5 contre Jack Draper).

A lire également