Paris-Bercy Masters 2022 : A Bercy, un Nadal méconnaissable | Des sports

Rafael Nadal laisse tomber des perles de sueur à torrents, fronçant les sourcils et regardant vers l’avant, pensif et méditatif tandis que Tommy Paul continue de faire son truc, lui déduit des points vers la victoire et l’éloigne de Paris-Bercy au premier changement : 3- 6, 7-6 (4) et 6-1, en 2h 32m. « ¡, , ! », a scandé le fan français, voyant que le champion des 22 majeurs ne débat pas et qu’il cède progressivement, qu’il ne réagit pas et qu’il va perdre le géant trop tôt, comme cela ne s’est jamais produit avant dans le tournoi. Mais c’est comme ça que ça se passe. Et l’Américain, incrédule, s’adresse à lui sur le net, le regardant avec admiration et se demandant ce que tout le monde se demande à ce moment-là, trop facile ce dernier set. Il a fait ce qu’il devait, mais où diable est Nadal ?

Bloqué physiquement et mentalement, l’homme de Manacor se retire dans les vestiaires entre les questions et laisse une tâche en suspens, compte tenu du fait que le Masters de Turin approche à grands pas (du 13 au 20 novembre) et qu’il ne pourra que gagner. tournage en formation. Décimé par l’inactivité, l’Espagnol a fait trop de concessions et affronte désormais un nouveau contre-la-montre avant la dernière manche de la saison pour lui, lors de différentes phases de jeu méconnaissables. Brusque (21 gagnants) et étrangement erratique (35 fautes dont 18 avec lui), il dispose de deux semaines à peine pour tenter de renverser la vapeur et atterrir dans le meeting maître avec options.

« Il s’est passé beaucoup de choses ces deux derniers mois, sans aucun doute. Nous sommes toujours prêts à trouver des excuses, mais au final c’est comme toujours : si tu joues bien, tu gagnes et si tu ne joues pas, tu ne gagnes pas », a-t-il déclaré ; « J’ai eu le match serré dans le deuxième set, avec lui, mais j’ai joué un match terrible. Il ne méritait pas la victoire en jouant si mal à ce moment clé, non ? Tout à son honneur. »

Le duel s’est passé entre l’absence de définition, sans que l’un ou l’autre ne semble franchir le pas définitif ni que personne ne veuille prendre les rênes. En tout cas, pour le meilleur ou pour le pire, c’était presque toujours Paul qui proposait autre chose, celui qui apportait un point de risque de plus et décidait de l’issue des jeux. Au fur et à mesure que l’horloge avançait, l’Américain s’est rendu compte qu’il faisait face à un Nadal terrestre et qu’il avait une belle opportunité devant lui, alors tandis que l’Espagnol vacillait, il s’est progressivement évanoui dans des erreurs (certaines d’entre elles très inhabituelles) et a ouvert la porte trop souvent. fois, il se lança résolument vers la récompense. Après tout, l’espagnol offre rarement autant de fente.

« C’est dur d’arriver à Turin en forme »

L’histoire n’a pas tout à fait fonctionné. Il n’a pas du tout apprécié le Majorquin, logiquement plombé par l’inactivité et l’anxiété personnelle des deux derniers mois. De sa démission en demi-finale de Wimbledon à la première à Bercy, seulement cinq matchs au compteur : un contre Borna Coric, à Cincinnati, et quatre à l’US Open, où il était mais n’était pas, en attendant le téléphone alors et avec sa tête. sur Manacor; Le 8 octobre, il est devenu père pour la première fois et jusque-là, il ne pouvait pas se concentrer sur le tennis. Comme si cela ne suffisait pas, là, à Flushing Meadows, il a de nouveau subi un autre revers abdominal, comme il le racontera plus tard lors de la fête d’adieu de Roger Federer à Londres.

À cette deuxième déchirure musculaire consécutive – auparavant, il devait dire au revoir à Wimbledon sans jouer les demi-finales, pour la même raison – s’est ajoutée la tension pour la première paternité et les émotions vécues dans l’O2 Arena, où il sanglotait main dans la main avec son ami suisse. Trop d’agitation physique et intérieure, beaucoup de virages et donc un atterrissage difficile à Bercy, où il se voit refuser à plusieurs reprises le prix. Il a dit au revoir et Pablo Carreño a été soutenu, qui a battu Denis Shapovalov (7-6 (2), 2-6 et 6-4) dans un centre dur et entrera en collision ce jeudi (pas avant 19h30, Movistar) avec Paul . L’Américaine, 25 ans et 31e mondiale, a remporté une victoire aussi prestigieuse que surprenante. Il le méritait et Nadal a collaboré.

« J’espère être à Turin. S’il ne se passe rien, je serai là », a-t-il confirmé, excluant qu’il ait subi une mésaventure qui lui aurait nui. « Je n’ai rien à perdre. Je veux me donner l’opportunité de profiter d’un autre Master car on ne sait jamais quand ce sera le dernier, surtout à mon âge. Je dois tout mettre en perspective et faire de mon mieux. Au final, ces cinq derniers mois, je n’ai pas été en tournée assez longtemps ; Je ne dis pas compétition, mais entraînement avec les autres. C’est ce dont j’ai besoin et je vais essayer », a-t-il ajouté avant de trancher : « C’est difficile pour moi d’y arriver en forme, en assez bonne forme pour gagner un tournoi que je n’ai jamais gagné. La seule chose que je peux faire, c’est arriver plus tôt que d’habitude et m’entraîner. »

ALIASSIME ET RUBLEV REMPLISSENT LE DEVIS

CA | Madrid

La défaite de Taylor Fritz face à Gilles Simon (7-5, 5-7 et 6-4) a clôturé le quota du Masters, pour lequel les huit participants ont déjà été confirmés et présenteront un roster de luxe.

L’Américain étant hors course, les deux dernières places reviennent à Aliassime et Andrey Rublev, ce dernier devant John Isner (6-2 et 6-3). Tous deux ont rejoint ce mercredi Alcaraz, Nadal, Casper Ruud, Tsitsipas, Medvedev et Novak Djokovic.

Le Serbe, tenant du titre, affronte le Russe Karen Khachanov en 8e de finale à Bercy (vers 16h30), celui qui l’a justement battu en finale 2018.

A lire également