Mehran Karimi Nasseri était afeita, une première heure de la manana, au terminal 1 de l'aéroport Charles De Gaulle à Paris, en août 2004.

Le plus grand aéroport de Paris fait ses adieux à l’invité qu’il a accueilli pendant 18 ans et qui a inspiré « La Terminal » de Spielberg | International

Il était connu comme le « réfugié iranien de Roissy » et son histoire a fait le tour du monde jusqu’à devenir une source d’inspiration pour le film réalisé par Steven Spielberg. Mehran Karimi Nasseri, qui vivait depuis 18 ans à l’aéroport Charles de Gaulle à Paris, est décédé samedi dans le terminal 2F du même lieu.

Nasseri a fait sa maison d’un banc rouge attaché à une fenêtre. Entre les annonces de vol et le balancement des passagers, on l’a vu assis, lisant le journal, fumant la pipe, écrivant ou écoutant la radio. Le coin où il passait ses journées, au Terminal 1, avait aussi une table ronde et une chaise. Il était entouré de plusieurs boîtes en carton avec ses affaires, certaines dans des sacs en plastique sur un chariot.

La particularité de son histoire a attiré des journalistes du monde entier, auxquels il a répondu sereinement en anglais. Ils ont réalisé des documentaires, des films et même un opéra pour lui. Mais son histoire, qu’il a également capturée dans un autobiographie en 2004, c’était beaucoup plus tragique.

Il est arrivé dans la zone de transit de l’aéroport, une zone publique, sans savoir qu’il y resterait pendant près de deux décennies en raison d’un vide juridique et diplomatique. Maigre et aux cheveux noirs, il est né en 1945 dans la ville iranienne de Masjed Soleyman, dans une région pétrolière de l’ouest du pays, selon ses documents d’asile. Mais à quelques reprises, il a dit qu’il venait de Floride. D’autres, de Suède, selon le journal français dans un profil 2004. L’histoire précise de sa vie a changé au fil des années. Sa maison, en revanche, est restée la même.

Nasseri, qui s’est fait appeler, a vécu à l’aéroport de 1988 à 2006, d’abord parce qu’il n’avait pas de papiers et plus tard par sa propre décision supposée. Certains disent qu’il a été victime d’un système juridique compliqué. D’autres qu’il était responsable de son sort. Selon les multiples articles publiés dans la presse locale et internationale, il a quitté l’Iran pour étudier au Royaume-Uni dans les années 70 après la mort de son père. Sa mère était une infirmière britannique qu’il a essayé de trouver au cours de son voyage.

À son retour dans son pays, les autorités l’ont emprisonné pour avoir protesté contre le chah Mohamed Reza Pahlavi et l’ont expulsé sans passeport, a-t-il déclaré. Les années suivantes l’emmènent dans divers pays jusqu’à ce qu’il obtienne finalement le statut de réfugié en Belgique. Mais ensuite il a perdu – ou restitué, selon d’autres versions – les précieux documents.

Il s’est ensuite retrouvé bloqué à l’aéroport de Paris, où il a créé un réseau de complicité entre les ouvriers. « Je l’ai rencontré il y a environ 30 ans. Il était totalement adapté à l’endroit, tout le monde le tolérait, parfois on lui parlait cinq minutes », a déclaré à EL PAÍS Annick Bricou, agent d’escale d’Air France de 62 ans qui travaillait comme employé de l’aéroport.

« L’homme de nulle part »

En 1990, Nasseri déclare à la télévision : « Avoir une nationalité sans être reconnu par son pays est très douloureux », selon une compilation de reportages télévisés de la Institut national de l’audiovisuel (INA). « Appartenir à une nation, c’est avoir une raison de vivre, c’est appartenir à une société, à une communauté », a-t-il ajouté.

Mehran Karimi Nasseri se rase tôt le matin au Terminal 1 de l’aéroport Paris Charles De Gaulle en août 2004.STÉPHANE DE SAKUTIN (AFP)

Deux ans plus tard, il était toujours là. Cela faisait partie de l’endroit. À ce moment-là, il se souvint de sa situation difficile, qui le rendait « constamment stressé ».

Nasseri a mangé au restaurant McDonald’s du terminal et a utilisé les toilettes pour se nettoyer et se raser. Le docteur Philippe Barguain, alors chef du service des urgences de l’aéroport, veille sur sa santé. « Alfred était l’homme de nulle part. Alors il fallait lui trouver quelque chose, il fallait lui donner une identité. Il n’était ni vivant ni mort, il était absent », raconte-t-il en 1992, selon des vidéos recueillies par l’INA.

Il était également accompagné de l’avocat français Christian Bourguet, qui tenta désespérément de reconstituer sa carrière pour pouvoir à nouveau obtenir des papiers. Lorsqu’il les a finalement reçus en 1999, il était déjà trop tard. Nasseri a hésité, ne savait pas s’il devait quitter l’aéroport et aurait refusé de les signer. Il est resté à l’aéroport pendant plusieurs années, jusqu’à ce qu’il soit hospitalisé en 2006.

Plus tard, il a vécu dans un centre d’accueil à Paris. Mais en septembre 2022, il est retourné à l’aéroport, selon l’Agence France Presse et plusieurs salariés de l’établissement. Au Terminal 2F, presque tout le monde en a entendu parler. Certains l’ont connu dans ses derniers jours.

« Je me souviens que nous avons réfléchi avec la Croix-Rouge à ce que nous pouvions faire. L’idée était de lui trouver une place dans une maison de repos, mais il semblait qu’il ne voulait pas », raconte un employé du service religieux du terminal 2F, qui préfère ne pas donner son nom. Nasseri, selon son récit, était dans un état très délicat. Je pouvais à peine parler.

Un agent de sécurité qui l’a soigné ces dernières semaines est d’accord. « Il ne disait même plus bonjour, ses pieds étaient très, très enflés, ils ne fermaient plus ses chaussures. On a vu que c’était en phase finale », assure-t-il sous couvert d’anonymat.

Après sa mort samedi, les employés de l’aéroport ont reçu un e-mail annonçant son décès. Le message leur rappelait leur histoire et le texte était accompagné d’une image du film de Spielberg, avec la photo de l’acteur Tom Hanks.

Au rez-de-chaussée de l’aérogare, une banquette de quatre places est toujours bouclée. Pas de fleurs ni de photos. Sa présence médiatique s’est estompée. Jusqu’aujourd’hui.

A lire également