Carlos Alcaraz, cassé : ni Masters ni Coupe Davis | Des sports

Au lendemain de l’abandon de Carlos Alcaraz, blessé lors du duel des quarts de finale à Paris-Bercy, face à Holger Rune, les pires présages se sont réalisés. Le numéro un de 19 ans souffre d’une déchirure dans la région abdominale qui l’obligera à s’arrêter pendant au moins six semaines, il manquera donc la dernière ligne droite de cette saison au cours de laquelle il s’est hissé au sommet. Ainsi, il ne jouera pas la Turin Masters Cup, du 13 au 20 novembre à Turin, ni la phase finale de la Coupe Davis, du 22 au 27 à Malaga. Triste broche pour le Murcien dans un parcours où il a toujours couru à toute allure et où l’usure lui a joué un tour.

En milieu d’après-midi ce samedi, le tennisman a transmis la nouvelle via ses réseaux sociaux, dans un message dans lequel il précisait la blessure exacte. « Après avoir été évalué par mon équipe médicale, c’est malheureusement le résultat de ma blessure : une déchirure musculaire dans la musculature oblique interne de la paroi latérale abdominale gauche, avec un temps de récupération estimé à six semaines », a rapporté Alcaraz, qui la veille de s’est retiré du match contre Rune après avoir perdu le premier set (6-3) et traîné (3-1) dans le bris d’égalité du second, craignant que les dégâts ne s’aggravent.

Peu de temps avant de quitter le terrain, le joueur espagnol a commencé à ressentir une douleur importante dans la région abdominale qui l’empêchait de servir et de frapper correctement la balle avec son pied droit, ainsi que de tourner correctement son corps, il a donc décidé de partir. Sans perdre de temps, il est immédiatement rentré chez lui et a subi un examen par son médecin de confiance, le Dr Juanjo López, et son physiothérapeute, Juanjo Moreno. Le résultat de la résonance a révélé la déchirure et, par conséquent, Alcaraz ne sera pas dans l’événement maître à Turin ni dans le Martín Carpena pour diriger l’Espagne.

« C’est un moment dur et douloureux de rater ces deux tournois qui sont si importants pour moi, mais il ne reste plus qu’à être positif et penser à bien récupérer », l’actuel dirigeant de la . Il se trouve que l’an dernier, le premier à pleine capacité sur le circuit professionnel, l’Espagnol avait également dû s’absenter de la finale de la Coupe Davis alors qu’il avait été testé positif au covid-19 l’après-midi précédant la compétition. A cette occasion, la cause de la perte répond à la musculature, qui a payé les efforts et les soutirages.

Cinq titres, 70 matchs

En 2022, Alcaraz a disputé 70 matchs (57 victoires et 13 défaites), répartis en 17 tournois, auxquels s’ajoutent deux engagements supplémentaires avec l’équipe d’Espagne : en février, lors de ses débuts contre la Roumanie à Marbella, et en septembre, quand il est intervenu deux fois après avoir remporté l’US Open. L’homme d’El Palmar l’a fait – le plus jeune gouverneur de l’histoire de l’ATP, lorsqu’il a évincé Lleyton Hewitt – sans avoir le temps de reprendre son souffle et après un exploit qui l’a forcé à se serrer ; en effet, il a investi 23h 39m pour lever son premier , un record insolite dans le casier de tout champion du grand New-Yorkais. Sans répit, il débarque à La Fonteta.

Son bon travail lui a permis d’accéder aux dernières saisons des tournois –12 présences au moins en quarts de finale–, de la même manière que cela a fini par lui faire des ravages. Champion à Rio de Janeiro, Miami, Barcelone, Madrid et à l’US Open, il allait disputer pour la première fois la Masters Cup –en 2021 il a triomphé avec autorité dans les promesses– et diriger l’équipe de Sergi Bruguera, qui désormais reste dans une situation compromettante. L’Espagne affrontera la Croatie en quart de finale et sans Rafael Nadal, qui a choisi de ne pas forcer, ni lui, brisé, le capitaine devra s’appuyer sur les échanges de Pablo Carreño, Roberto Bautista, Albert Ramos ou Marcel Granollers.

Désormais, l’entraîneur devra lui trouver un remplaçant – avec Alejandro Davidovich de Malaga et Pedro Martínez de Valence comme options plus solides – et sa place à Turin sera occupée par l’Américain Taylor Fritz, en tant que première réserve.

Le revers physique expose Alcaraz à la perte du trône, bien que les deux aspirants pour le lui arracher doivent aller très loin en terres italiennes. Nadal, situé à 1 000 points sur la liste mondiale, devrait gagner le tournoi ou atteindre la finale invaincu ; Stefanos Tsitsipas, pour sa part, doit gagner sans perdre aucun match. Le Grec s’est incliné hier en demi-finale de Bercy face à Novak Djokovic : 6-2, 3-6 et 7-6(4). Le Serbe, qui disputera son huitième de finale et défendra son titre, a résolu 29 de ses 30 derniers matchs. Il entrera en collision ce dimanche (15h00, Movistar) avec le jeune Holger Rune, qui a mis fin à la série de victoires de Félix-Augger Aliassime (6-4 et 6-2) et défilera pour la première fois en finale d’un Masters 1000. A 19 ans, le Danois attire déjà les regards.

A lire également